Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/11/d559542108/htdocs/encrbc/wp-includes/post-template.php on line 284

La reforme des enseignements supérieurs consiste, sur le plan pédagogique, à asseoir une organisation des enseignements qui a pour finalités de permettre :

–       l’introduction d’une formation dans le domaine des biens culturels en réponse aux évolutions continuelles des techniques et des technologies en matière de sauvegarde du patrimoine.

–       plus de responsabilisation de l’étudiant à travers les travaux personnels de recherche, de prospection, d’analyse, de critique et d’innovation, qui ne peuvent être le seul apanage d’un atelier ou d’un amphithéâtre.

–       une réponse aux besoins évolutifs du contexte socio-économique national et régional.

–       Une insertion de l’enseignement des biens culturels en Algérie au titre des normes universelles de manière à permettre plus d’échanges et de mobilité à nos étudiants à travers le contexte plus large de la mondialisation.

 

A – Profils et compétences visées :

Les connaissances acquises à l’issue de cette formation qui s’étale sur une durée de trois années permettront à l’étudiant de bénéficier d’un socle théorique et pratique constitué par les connaissances fondamentales nécessaires à l’accès au Master de restaurateur ou Master de conservateur qui lui, constituera la voie vers la spécialisation en sauvegarde et préservation du patrimoine à travers la diversification des profils. Les offres de master qui en découleraient permettraient la construction de carrières professionnelles plurielles, plus évolutives et capables de s’adapter aux besoins et aux exigences du marché et du contexte international, national et régional.

B – Potentialités régionales et nationales d’employabilité

Les licenciés en sciences des biens culturels exerceront comme attaché de conservation au sein d’institutions nationales ou locales en rapport avec le fait patrimonial, à l’instar du Ministère de la Culture ou toutes autres structures relevant de ce secteur : Office de Gestion des Biens Culturels, Directions de Culture, sites archéologiques, musées, parcs culturels, …etc. Le secteur public ou privé, à l’instar d’offices, d’établissements ou d’agences sont également demandeurs de ce profile spécialisé d’intervenants dans le domaine patrimonial. Les connaissances acquises sur le plan d’identification des problèmes inhérents au domaine des biens culturels, aussi bien d’ailleurs qu’en termes de méthodes et de techniques d’intervention, permettent à cette catégorie de professionnel de mieux s’investir dans la protection et mise en valeur du patrimoine culturel. Par leur formation pluridisciplinaire, ces derniers auront toute la latitude d’interagir avec des spécialistes dans les différentes disciplines impliquées dans la conservation et la restauration des biens culturels et de faire usage de certaines contributions techniques et scientifiques.

C – Passerelles vers les autres spécialités

Parcours principal :

–      bac+3 –licence académique–, accès vers le master (sans sélection ou avec sélection sur titre en fonction des capacités disponibles) ; au niveau du cycle de master orientation sur master professionnel (la majorité des étudiants) ou master recherche (selon des critères spécifiques).

Parcours sortants possibles :

–      après la première année, orientation vers les formations para-architecturales et archéologiques.

–      après bac+3, niveau licence académique, orientation vers les masters professionnels sur équivalence et avec complément des crédits manquants.

–      après bac+3, orientation vers les domaines apparentés, sur équivalence et avec complément des crédits manquants.

Parcours entrants possibles :

–      avec la licence d’architecture, d’archéologie ou tronc commun en architecture uniquement, au master par concours sur titre et avec le complément des crédits manquants.